La MUSE-Mégot

Un véritable conte de fées : comme Cendrillon s’est transformée en princesse, des mégots deviennent des MUSE !

L‘association „AirBeeSeed (ABS)“, en la personne d‘Emmanuel Esquerre, s‘est adressée à nous pour savoir si la monnaie locale et complémentaire (pour rappel : Monnaie à Usage Solidaire et Écologique!) ne pourrait pas devenir un moyen de gratification dans le cadre de leur initiative de collecte/ramassage de mégots, une initiative qu’ABS s’apprête à lancer dans les prochaines semaines (samedi 22 septembre).

D’ailleurs, l’idée lui serait venu en voyant le film « Demain » ! Il a déjà lancé quelques expériences, en distribuant des bons d’achat pour des magasins d’équipements de sport, à Chamonix. Ce n’est donc pas son premier coup d’essai.

Pour des remarques éventuelles concernant l’anglicisme, référez-vous à la page Facebook d’AirBeeSeed  etc.

Au sujet du problème environnemental que représentent les mégots, je vous renvoie à l’article « Mégot » Wikipédia, très bien fait. (voir aussi :http://www.liberation.fr/france/2018/02/23/le-recyclage-des-megots-idee-fumante-ou-piste-fumeuse_1630996)

Nous (l’association Agir pour la transition) avons été immédiatement intéressés, pour ne pas dire enthousiastes : depuis longtemps déjà, nous voulions pouvoir démontrer, par un exemple concret, les énormes possibilités inhérentes à ce moyen d’échange citoyen, différent, qu’est LA MUSE ! Nous souhaitions montrer, par une action exemplaire, que l’argument du manque de « moyens », ressorti régulièrement lors de la réflexion sur des projets solidaires et écologiques – pourtant d’une urgence absolue – est un argument qui ne tient pas !

Il suffit d’avoir un autre regard sur les questions de l’argent / de la monnaie. L’argent, sous une autre forme (MUSE), il n’en manque pas ! C’est notre constat après plus de 7 ans de pratique de la MUSE. Il suffit de le créer. Ce qui est rare, c’est l’argent sous forme d’Euro, Dollar, … car il est aujourd’hui exclusivement créé par les banques (sous forme de dette), donc par des organismes privés sous l’obligation de rentabilité pour leurs actionnaires (d’où les intérêts) ; et il n’est pas seulement rare, il n’est pas non plus librement accessible (donc pas démocratique / citoyen), car ce sont les émetteurs de l’argent qui choisissent leurs ‘bénéficiaires’ ; il est aussi cher, là où il devrait être gratuit !

Etiquette-Muse-MegotsQu’est-ce que nous proposons ? Pour lancer l‘initiative, nous mettons à disposition d‘AirBeeSeed 2 000 MUSE sous forme de coupures de 1, 2 et 5 MUSE, identifiables comme les MUSE-Mégot par un auto-collant sur leur dos (modèle ci-contre).

AirBeeSeed va remettre ces coupons contre le dépôt de mégots qui vont être ensuite dépollués et recyclés. Ces MUSE sont une gratification sous forme de bons, notre billet de MUSE, utilisables dans les commerces et chez les prestataires de services membres de notre réseau. Ils créent ainsi de l’activité locale ; les MUSE ne quittent pas leur territoire !

Ces MUSE … d’où viennent-elles ?

De nulle part, créées par l’association Agir pour la Transition. Et elles sont ‘gratuites’. Et ça ne posera aucun problème, tant qu’elles seront acceptées partout et resteront en circulation.

Les prestataires sont donc  responsabilisés et incités à soutenir l’initiative … en ne reconvertissant pas ces coupons en €. S’agissant de petites coupures (1, 2 et 5), ils peuvent facilement les utiliser pour rendre la monnaie, par ex., ou les donner comme primes de fidélité, ou … il n’y a pas de limite pour l’imagination !

Ces MUSE seront donc à nouveau dépensées, ailleurs, ou encore chez le même commerçant, et à chaque échange, elles créeront à nouveau de l’activité et de la richesse …c’est  magique ! Et tout commence par des mégots !

Si ça fonctionne – et il n’y a pas de raison pour que ça ne fonctionne pas – celà peut être un modèle pour d’autres actions non moins urgentes (dont des écogestes : ramasser et diriger dans des circuits de recyclage ; valorisation d’autres déchets organiques, plastiques, verre, canettes ; mais aussi des actions solidaires et de réinsertion, comme l’accueil de migrants, …).

Le côté politique, économique, pédagogique …

2 000 MUSE pour ramasser des mégots … c’est moins qu’une goutte d’eau →
mais :

  • c’est d’abord pédagogique – sous de multiples aspects : la pollution, les mégots, fumer (qui tue) et aussi sur ce que c’est que l’argent (des banques, …) ;
  • c’est politique : on incite à agir, à ne plus attendre – et on gratifie, au lieu de menacer par des amendes ou des appels pathétiques à la responsabilité qui ont le succès qu’on peut admirer tous les jours dans nos caniveaux et sur nos trottoirs ;
  • c’est économique : cela a un effet ET en même temps cela a stimulé l’activité locale.

Tout compte fait: c’est ‘révolutionnaire’, car cela renverse les paradigmes et fait apparaître des possibilités de faire autrement :

  • le paradigme que la protection de l’environnement ‘coûte’ de l’argent : en effet, les autres propositions de récupération, traitement et recyclage de mégots (comme d’autres déchets plastiques et organiques) sont payantes, alors que nous, au contraire, on rémunère !
  • le paradigme qu’il faut menacer d’amendes pour imposer les écogestes .

L’écogeste devient immédiatement et de façon écologiquement constructive, gratifiant et économiquement efficace.

 

Les F.A.Q. (frequently asked questions) : les questions qu‘on va certainement nous poser fréquemment

  • Pourquoi les mégots ? (1) Il y a beaucoup d’autres problèmes, tellement plus graves !
    Pourquoi pas ? C’est un début … et rappelle le motif de base des Colibris !
    Et ça permet d’attirer l’attention sur de vrais problèmes : d’abord les mégots (traversez attentivement les rues de votre ville), ensuite les autres déchets, ensuite la gestion et valorisation des déchets (ne voir plus les déchets comme un coût, mais une ressource), la question de la responsabilisé des ‘producteurs’ de ces déchets … pour les mégots, il faut commencer par les fumeurs, les buralistes, l’industrie du tabac (pollueur – payeur) …

 

  • Pourquoi les mégots ? (2) Est-ce à nous de nous en occuper ?
    Cette question va aussi, probablement, être posée. Elle est bonne, en principe il ne devrait pas y avoir de mégots dans la nature, sur les voies publiques, … dans les ruisseaux, rivières, fleuves, océans. Mais ils y sont. Par milliards. Et on ne peut plus s’attendre à ce que ça cesse et/ou que les véritables pollueurs soient mis à contribution.
    Par contre, par une telle action, nous pouvons évoquer le problème, et peut-être inciter les fumeurs d’abord à réfléchir d’arrêter, d’arrêter au moins de les jeter dans la rue (quelqu’un pourrait m’expliquer pourquoi c’est si « cool » de balancer nonchalamment un mégot dans la rue …?), ensuite qui sait … faire pression (morale) sur les vrais pollueurs/profiteurs, buralistes et industrie du tabac voulant s’acheter un peu de bonne conscience ? Utopiste ?
    Et comme déjà dit plus haut, les mégots ne sont qu’un début !

 

  • Pourquoi la MUSE ? Pourquoi pas en € ?
    • Parce que les Euro, il faudrait les financer ! Auprès d’une banque, et ça coûte cher, en supposant déjà qu’une banque veuille bien nous accorder un prêt, ce qu’elle fait seulement si elle y voit un intérêt ! C’est-à-dire, la réalité actuelle est que c’est le banquier qui décide, au final, de ce qu’on fait ou ne fait pas !
    • Les MUSE, par contre, ne coûtent rien, elle sont là, immédiatement disponibles !
    • Les MUSE vont en plus, contrairement aux €, rester dans la région et stimuler l’activité locale.
    • Les MUSE ne sont pas cumulables – elles servent seulement si l’on continue à les faire circuler = quand on les dépense.
    • La monnaie locale et complémentaire, on peut diriger son usage vers les biens et les services moins nocifs pour l’environnement.  Et cela tombe bien, on ne peut pas acheter des cigarettes avec la MUSE. Et même si un buraliste, un jour, voulait adhérer au réseau, il ne pourrait pas se réapprovisionner en tabac avec les MUSE. Il devrait les utiliser localement : pour … sa propre consommation en légumes bio par ex., la bière locale, du vin d’Anjou, ou des prestations de service.
    • A terme, la stimulation de l’activité locale profite aussi aux collectivités territoriales, par les taxes et les cotisations diverses ; l’évasion ou l’optimisation fiscale, c’est à ça que servent les €, £, $… !

 

  • Comment ces MUSE-Mégot vont-elles être gérées ?
    Nous allons signer une convention avec l’association AirBeeSeed. C’est elle qui va mener le projet, communiquer, gérer les MUSE mises à disposition, et gratifier la collecte par nos MUSE-Mégot.
    Comme le Cercle Pointu, AirBeeSeed va s’engager de nous remettre ces MUSE initiales à une date ultérieure. Ceci grâce à ses propres ressources futures :

    • subventions éventuelles
    • vente divers de produits
    • dons

Les MUSE-Mégot seront, au fur et à mesure de l’indépendance financière de AirBeeSeed, remplacées par des MUSE, « classiques », échangées contre des €.
Contrairement aux MUSE ‘normales’, ces MUSE sont vouées à être retirées une fois leur mission accomplie. Elles seront alors disponibles pour lancer une autre initiative !

 

  • Pourquoi seulement 2 000 MUSE ?
    Même si les MUSE-Mégot ne devraient pas être reconverties en € (on va largement inciter utilisateurs et prestataires à les laisser en circulation), il faut limiter l’émission de coupons. Il en va de la confiance que les utilisateurs ont en la monnaie, surtout les professionnels qui acceptent la MUSE. Le calcul de ces MUSE dépend directement du montant des MUSE en circulation, donc du montant du fonds de garantie en € ; ce fonds garantit la reconversion pour les professionnels à n’importe quel moment. En Assemblée Générale, il y a quelques années, nous avons estimé que 20 % de MUSE ‘libres’ (= créées sans €) ne menaceraient pas la solvabilité de notre monnaie. En effet, même en cas d’arrêt immédiat du projet MUSE, on peut estimer à 20 % le montant de coupures qui ne seraient jamais jamais ramenées. Actuellement nous avons 30 000 MUSE en circulation, 20 % = 6 000. 4 000de ces  MUSE ont déjà été employées pour l’émission des coupons « Cercle Pointu » que vous avez certainement déjà vu passer (elles participent au financement d’un lieu de co-working à Chemillé – voir sur notre site). Il reste donc 2 000 MUSES … pour le moment.

 

  • Et qu’allons nous faire quand les 2 000 MUSE seront épuisées ?
    That’s a good question ! D’abord, on va faire la fête, car ça voudrait dire que l’idée a du succès, que le projet fonctionne !
    Pour l’instant nous n’avons encore rien décidé, mais nous avons des pistes de réflexion : on va communiquer sur le succès de l’initiative et on commence ainsi à exercer une (douce) pression morale sur

    • les collectivités locales : l’association AirBeeSeed et nous, nous participons avec notre initiative à la résolution d’un problème de leur responsabilité. On leur demande donc de l’aide. Cette aide pour AirBeeSeed, qui reste maître d’œuvre, va être versée en €, que AirBeeSeed transforme en MUSE et utilise pour continuer l’action.
      Mais il faut pas y compter dans l’immédiat, les aides publiques prennent beaucoup de temps.
    • Les utilisateurs de la MUSE : eux peuvent aider seulement en échangeant des € en MUSE, en augmentant ainsi le fonds de garantie, ce qui augmente automatiquement la somme de MUSE disponibles pour cette action.
    • Les prestataires de la MUSE : d’abord en gardant leurs recettes en MUSE en circulation, ils ne diminueront pas le montant du fonds de garantie ; mais ils peuvent aussi rapporter les MUSE-Mégot à l’association, comme don (contre un reçu), pour payer leur cotisation, …
    • D’autres idées ?

 

  • Y a-t-il une limite ?
    Very good question too ! What do you think ?
    Excellente question. Et vous, qu’en pensez-vous ?
    En principe non. En pratique certainement oui : en émettant sans limites des coupures de MUSE-Mégot (ou pour d’autres objectifs), celles-ci s’accumuleraient à un moment donné quelque part et ne trouveraient plus de  contrepartie en biens ou en service (= création d’une bulle). Et certainement, la confiance des utilisateurs en leur ‘solvabilité’ serait mise à mal. Il faut donc, dès qu’on commence à émettre de plus grandes quantités de ce type de coupons, penser aussi à un mécanisme pour pouvoir les retirer. Ici, je renvoie aux réflexions sur le revenu universel inconditionnel etc.

ça peut vous intéresser

La MUSE à Baugé !

A l’initiative du collectif citoyen Coccibelle, la MUSE a commencé à ... lire plus

Des nouvelles de Keep Angers Clean du 22 Septembre Place Lorraine

Merci à tous pour les 25 000 mégots ramassés !!! Nous avons distribués 120 MUSE. lire plus

La MUSE-Mégot

La MUSE-Mégot

Un véritable conte de fées : comme Cendrillon s’est transformée en princesse, ... lire plus

Un nouveau comptoir d’échange à Saumur

Un nouveau comptoir d’échange à Saumur

Depuis le début du mois, l’Echo des Bocaux 27 rue Dacier à Saumur est ... lire plus

Prestataire du mois

TERRE ET TERROIRS D’ANJOU PRESTATAIRE DU MOIS Terre et Terroirs est un ... lire plus

Un nouveau groupe local dans le Segréen

Un nouveau groupe local dans le Segréen

Si vous habitez dans le Segréen et que vous souhaitez participer à ce projet, ... lire plus

Salut tout le monde!

Salut tout le monde!

Saviez-vous que nos MUSE figurent actuellement, en image – avec ... lire plus

172
professionnels acceptent les Muses

Angers et sa région

Trélazé - Rochefort-sur-loire

Chemillé, Chalonnes

Saumur, Doué-la-Fontaine