Accueil > Le Projet > La démarche

La démarche

C’est parce qu’il nous faut trouver de nouvelles réponses aux défis économiques et écologiques des prochaines décennies, que les bénévoles d’AGIR POUR LA TRANSITION ont décidé de mettre en place la MUSE, une monnaie responsable qui dynamise et valorise un réseau d’acteurs, des activités économiques à valeurs ajoutées écologiques et humaines.

Notre démarche a trois axes :

  • un axe environnemental

Les valeurs inscrites dans notre charte incitent au respect de l’Homme et de son environnement. Les prestataires du réseau s’engagent à fabriquer ou distribuer des biens ou des services en accord avec cette charte. Pour certains prestataires, cette démarche n’est pas nouvelle ; pour d’autres, cet engagement devra les encourager à initier et à participer à cette dynamique.

La MUSE a donc une action réelle sur l’économie locale, le bien être et la préservation des espaces naturels. L’utiliser est un acte volontaire et militant qui demande peu d’efforts, tout en nous faisant prendre conscience de notre responsabilité de consommateur.

  • un axe économique

Notre système monétaire actuel fonctionne avec des monnaies uniques qui doivent répondre aux besoins d'échanges aux niveaux régional, national, international. Leur première fonction devrait être de fluidifier l'échange dans le souci du bien commun. Mais d’autres pratiques les détournent de cet objectif.

    1. La thésaurisation : les utilisateurs mettent de côté une part de leur argent pour assurer l’avenir. Lorsque cette part est déposée en banque, elle devrait servir à financer l’économie. Mais la frilosité des banquiers et l'appat du profit à court terme fait que bons nombres d'entre eux préfèrent spéculer plutôt que de financer des PME/TPE qui constituent notre tissu économique.
    2. La spéculation : les utilisateurs n’ont plus pour objectif d’assurer des échanges, mais seulement de gagner de l’argent. Pour preuve, 97 % des transactions financières n’ont rien à voir avec l’économie réelle. De plus, par leur caractère universel et centralisateur, les monnaies officielles tendent à tout niveler au détriment des spécificités propres à chaque économie locale. Or le tissu économique et social a besoin d’argent circulant. D’où l’idée de développer des moyens de paiement entre des personnes et des entreprises capables de se faire confiance.

En résumé, les pratiques spéculatives conduisent à de nombreuses dérives et finissent par imposer la mondialisation même là où elle est inutile.

  • un axe politique et sociétal 

    • Le système monétaire aujourd’hui est confié à des experts. Il est si complexe ou plutôt si complexifié qu’il en est devenu complètement opaque.
      C’est pourquoi, des mouvements citoyens comme le nôtre agissent sur un terrain d’expérimentation en se réappropriant la monnaie pour redéfinir sa fonction et pour reprendre la maitrise de son usage.

      Le droit de création de la monnaie dont disposent (pour l’essentiel) les banques commerciales, délégué par l’état dans la plus grande discrétion à partir des années 70, n’est-il pas à remettre en cause pour prétendre pleinement à l’exercice de notre citoyenneté ? Peut-on qualifier de légitime, dans une véritable démocratie, une monnaie dont le droit d’émission, c'est-à-dire le droit de tirage sur la richesse collective, est abandonné à une minorité ? Combien de personnes aujourd’hui sont-elles conscientes de cette situation ? La question de la réappropriation démocratique du thème de la monnaie apparaît donc essentielle au regard des enjeux financiers et du maintien des équilibres sociétaux : elle doit par conséquent être remise au centre du débat public de manière prioritaire.

      Le déploiement et l'utilisation de la MUSE doivent permettre, en ce sens, au citoyen d'exercer pleinement et au quotidien sa souveraineté, au sens politique le plus fort.

    • Outre l’idée de mettre l'économie au service de l'Homme et de la planète, la MUSE est également un outil qui développe les solidarités dans son réseau. Elle génère un lien, une relation particulière  entre l’acheteur et le vendeur. La MUSE renforce les échanges aussi bien économiques qu’humains. En se réappropriant la nature et l'usage de la monnaie, les utilisateurs se questionnent sur les notions de richesse. Ils échangent sur leurs pratiques consuméristes.

    • Enfin, en soutenant des projets locaux d'intérêt commun grâce au doublement de la masse monétaire en circulation, la MUSE participe pleinement à la dynamique de transition.

 Les objectifs de la MUSE